Le blog des Maçons Parisiens

Eyrolles : de l’ESTP à l’édition

Le boulevard Saint-Germain, à Paris, tire son nom de l’évêque Saint Germain (496-576) qui fonda l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés.

Ce boulevard est à tout jamais lié à une époque, celle de l’après-guerre, avec les zazous, Boris Vian, Juliette Gréco, les chansons françaises à texte, une ambiance nonchalante estudiantine. Il compte aussi de très beaux « Hôtels » : Hôtel de Varangeville, Hôtel de Roquelaure, Hôtel de Lesdiguières, des brasseries et cafés, comme Les Deux-Magots ou Lipp.

La naissance d’Eyrolles

C’est là que le conducteur de travaux des Ponts et Chaussées Léon Eyrolles crée, au début du XXème siècle des cours par correspondance : « l’École chez soi ». Fort de son succès, il crée ensuite une école : l’Ecole des Travaux Publics. Nous sommes au lendemain du XIXème qui aura vu Paris se transformer, avec le baron Hausmann. La construction est un débouché sûr pour les futurs ingénieurs.

L’Ecole Spéciale des Travaux Publics verra se succéder plusieurs générations d’Eyrolles : Marc Eyrolles, entre 1945 et 1978, développe l’Ecole. Il s’associe des entreprises partenaires pour maintenir une excellence technique reconnue servant de modèle à de nombreux pays.

De l’ESTP aux éditions Eyrolles

Son fils, Serge Eyrolles, de 1978 à 2008, poursuit cet effort en intégrant l’informatique dans les programmes d’enseignement et les équipements… Il prépare l’Ecole à la mondialisation, aux mouvements constants. Il lui confère un rayonnement international, au travers d’accords avec des universités étrangères, le partenariat avec le monde de l’Entreprise. Le rattachement à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers renforce, depuis 1999, les synergies, notamment dans le domaine de la recherche.

Serge Eyrolles maintient la tradition d’éditeur initiée par son père. Mais au-delà de cours par correspondance et de l’ESTP, il conforte la maison d’édition Eyrolles, qui occupe le rez-de-chaussée de l’immeuble de l’Ecole, boulevard Saint-Germain. Initialement tournée vers les travaux publics, les collections sont désormais diverses : construction, et informatique, bien sûr, mais aussi sciences, graphisme, design, marque, entreprise, droit, vie pratique, architecture. Aujourd’hui, Eyrolles est dirigée par sa nièce, Marie Pic-Paris Allavena.

Mots-clés : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *