Le blog des Maçons Parisiens

Le Palais de Tokyo

Originellement appelé « Palais des Musées d’Art moderne » puis renommé « Palais de Tokyo »  (l’ancienne avenue de Tokio (ancienne graphie), rebaptisée depuis avenue de New-York étant très proche du bâtiment),  le Palais de Tokyo se trouve avenue du Président Wilson, dans le 16ème arrondissement de Paris. C’est un petit trésor de construction de style Art déco du 20ème siècle.

Une histoire changeante

C’est dans les années 1930 que l’Etat décide la construction d’un nouveau musée d’art moderne afin de pallier le manque de place du musée du Luxembourg. L’exposition internationale de 1937 est également l’une des raisons pour lesquelles le bâtiment a été construit. Le chantier débute donc en vue d’installer dans le bâtiment, à l’occasion de cette exposition internationale, le musée national d’art moderne (les collections de ce musée seront ensuite transférées en grande partie au Centre Georges Pompidou en 1977 et pour le reste au Musée d’Orsay en 1986).

Lors de la seconde guerre mondiale, les sous-sols du palais sont utilisés pour entreposer les biens confisqués aux juifs. Dans les années 1950, on décide de réaménager l’aile Est afin d’accueillir en 1961 un nouveau musée : le Musée d’Art moderne de la ville de Paris.

Le bâtiment est, dans la seconde moitié du 20ème siècle, utilisé pour abriter un Musée d’art et d’essai. Puis, de façon transitoire, l’Institut des hautes études en arts plastiques, le Centre national de la photographie et l’école de cinéma la Fémis s’y installent.

Au 21ème siècle, le Palais de Tokyo est utilisé comme un lieu multidisciplinaire où se rencontrent les arts contemporains. Il regroupe en effet des disciplines très variées allant du cinéma à la littérature, en passant par la mode, la peinture, la vidéo, et plusieurs autres domaines.

Une architecture imposante

Construit dans des matériaux nobles comme le marbre ou le verre, le Palais dispose de volumes imposants, d’espaces ouverts et d’une maîtrise de la lumière impressionnante. Le bâtiment est le fruit des talents conjugués de Jean Claude Dondel, d’André Aubert, de Paul Viard et de Marcel Dastuge.

Le béton est l’un des matériaux utilisés, notamment à l’intérieur même du musée.  Il permet aux énormes verrières de diffuser une lumière naturelle, tout en permettant d’exposer certaines œuvres plus facilement. La structure extérieure est en béton armé, matériau dont les Maçons Parisiens sont les spécialistes.

Photo : dalbera

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *