Le blog des Maçons Parisiens

Le perpétuel chantier du Palais Royal

Le Palais Royal est l’un des monuments parisiens qui aura subi le plus de transformations au cours de son existence, ce qui fait aujourd’hui de lui une exception architecturale et urbaine. De siècle en siècle, le bâtiment change de fonctions et d’apparences si bien que son rôle au sein de la capitale française n’a cessé d’évoluer.

Une histoire mouvementée

L’histoire du Palais Royal commence en 1624 lorsque Richelieu achète l’hôtel de Rambouillet pour le transformer en palais. En 1633, l’architecte Jacques Lemercier se lance dans les travaux de ce magnifique bâtiment qui s’étend jusqu’en dehors de l’aire parisienne, au-delà de l’enceinte Charles V. Constitué de somptueux appartements et du théâtre réputé le plus beau de Paris, le palais s’impose dans le paysage parisien.

Durant la régence, le Palais Royal traverse son âge d’or sur les plans artistique et politique. Philippe d’Orléans demande à Oppenord de transformer le palais et l’architecte appliquera une patte rococo à ce bâtiment devenu le lieu de fêtes officielles et de soupers galants pour le tout Paris, ainsi qu’un lieu d’art avec notamment la présence de l’Opéra à l’intérieur du palais.

Après la Régence, le palais perd de son entrain mais les jardins deviennent ouverts au public. En 1763 c’est toute la société qui est chamboulée à la suite de l’incendie d’une partie du palais, dont l’Opéra. Un nouvel Opéra sera reconstruit au même endroit en 1770 mais ce dernier brûlera une nouvelle fois en 1781.

Le Palais Royal poursuit ensuite sa chronique architecturale avec l’arrivée de Louis Philippe Joseph d’Orléans. Ce dernier veut faire du Palais le pôle d’attraction du tout Paris et engage l’architecte Louis Victor. Les jardins prendront alors une face nouvelle avec l’alignement de 180 arcades séparées par des pilastres corinthiens et éclairées par 188 réverbères suspendus sous le cintre des arcades. De plus, suite à l’incendie de l’Opéra, le duc souhaite construire un nouveau théâtre dans son palais : c’est la naissance de l’actuel Théâtre du Palais Royal et de la salle Richelieu de la Comédie Française. Dans sa lancée, Louis Philippe Joseph d’Orléans fait construire le Cirque du Palais-Royal en 1787 afin d’y organiser des courses de chevaux. Louis Victor réalise également un édifice de 72 colonnes ioniques, revêtu de treillage, de 100 m de long sur 16,50 m de large, en partie enterré (4,30 m) afin de ne pas obstruer la vue sur les galeries.

Plus tard, durant le règne de Louis-Philippe, le Palais Royal poursuit sa transformation avec la construction de la cour de Nemours, la galerie d’Orléans, le pavillon Montpensier et le pavillon de Valois.

Lors de la Commune, le Palais Royal subit un incendie mais les dégâts seront mineurs et les façades endommagées seront rapidement restaurées à l’identique.

Le Palais Royal de nos jours

En 1933, la galerie d’Orléans est transformée, réduite à ses portiques latéraux afin d’apporter de la luminosité au Palais. En 1985, à l’initiative de Jack Lang alors Ministre de la Culture, l’art contemporain s’installe au Palais Royal avec l’arrivée des Colonnes de Buren dans la cour d’honneur.

Depuis, le Palais Royal est sujet à de nombreuses restaurations, notamment la galerie de Chartes, afin de préserver cette œuvre architecturale instable et originale qui aura traversé les siècles dans un mouvement perpétuel.

Photo : leblogdedenis@Flickr

Mots-clés : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *