Le blog des Maçons Parisiens

Le plus haut sapin d’Europe rivalise avec l’obélisque de la Concorde

Installé dans la nuit du 22 novembre et inauguré le 6 décembre, le plus grand sapin d’Europe est français et fait de la concurrence à l’obélisque de la Concorde, du haut de ses 35 mètres. C’est l’occasion de revenir un peu dans le passé et plus particulièrement sur l’obélisque devenu l’un des symboles de la capitale.

Le plus haut sapin d’Europe

C’est la Ville de Paris qui a eu la grande idée d’installer un immense sapin sur l’un des lieux les plus magiques et visités de la capitale française, la place de la Concorde. Et c’est une première !

Trônant fièrement aux côtés de l’obélisque depuis le 22 novembre, ce sapin, inauguré le 6 décembre, est le premier en son genre dans la capitale. Jamais Paris ne s’était lancée dans la course aux sapins. Et pourtant, du haut de ses 35 mètres, le conifère géant remporte à la fois le prix du plus grand sapin de France mais également celui du plus grand sapin d’Europe !

Pour déplacer celui qui deviendra l’un des monuments du Noël parisien 2012, il fallait mobiliser de grands moyens. Et pour cause : le sapin pèse 10 tonnes. C’est donc sur une remorque Airbus qu’il fut acheminé jusque la place de la Concorde. Les images de l’opération retranscrivent clairement les moyens déployés pour cette opération.
Et l’obélisque de la Concorde ? Mesurant 35 mètres également, il dut en son temps mobiliser bien des efforts pour être installé…

Comment l’obélisque devint l’obélisque de la Concorde

L’obélisque de la Concorde est un cadeau fait à la France par Méhémet Ali, vice-roi d’Égypte, au début de 1830. Si ce cadeau regroupait en fait les deux obélisques érigés devant le temple de Louxor, seul celui de droite sera mis à terre et acheminé jusqu’en France. Celui de gauche, ne touchera jamais le sol français, et a été symboliquement rendu à l’Égypte par la France.

Mais revenons en 1830. Jean-François Champollion choisit l’obélisque qui sera transporté en France et affrète un navire pour l’occasion, le mythique Louxor, qui quitte Toulon en avril 1831, les cales remplies d’outils et de matériaux et remonte le Nil en août. Faire passer l’obélisque de sa position verticale à une position horizontale relève alors d’un véritable travail de construction, mobilisant plus de trois cabestans, tiré chacun par 64 hommes, et un grand nombre de cordes. Une fois cette tâche réalisée, le déplacement de la structure jusqu’au pont du Louxor, situé 400 mètres plus loin, nécessitera pas moins d’un mois et demi de travail. Un an plus tard, il redescend le fleuve avec le monolithe à son bord, avant de remonter la Seine pour arriver à Paris en août 1834.

Les 227 tonnes de l’obélisque sont alors déposées couchées sur le quai au début du Cours-la-Reine. Il faudra ensuite attendre le 25 octobre 1836 pour que l’ingénieur Apollinaire Lebas érige l’obélisque sur la place de la Concorde, à l’aide de machines et de grues élévatrices et de gigantesques cabestans, sous l’oeil impressionné de Louis-Philippe Ier et d’une foule de 200 000 spectateurs.

Photo : Salziger Philippe/Nice@Flickr

Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *