Le blog des Maçons Parisiens

Le boulevard périphérique de Paris

visuel_peripherique-parisien_73120628

Cette voie circulaire de 35,04 km fait le tour de Paris et souvent pester les Parisiens… Aujourd’hui, les quatre voies de circulation dans chaque sens accueillent en moyenne 270 000 véhicules, limités à 70 km/h. Mais ces utilisateurs quotidiens savent-il que le périph’(pour les intimes) a été construit entre 1956 et 1973 sur le tracé des anciennes fortifications de la capitale ?

 

Protéger Paris… OU PAS.

Echaudé par les événements de1814, le roi Louis-Philippe envisage la construction d’une enceinte autour de Paris. En 1833, il fait présenter son projet à la Chambre des députés par le maréchal Soult et la Gauche s’y oppose. Mais en 1840, Adolphe Thiers, craignant de nouvelles invasions après le traité de Londres, déclare l’édification de l’enceinte d’utilité publique. Les travaux s’achèveront en 1844.

A l’intérieur de l’enceinte de Thiers se trouve un Paris (et ses seize forts) étendu aux communes des Batignolles-Monceau, Montmartre, La Villette, Belleville, Bercy, Charonne, Montrouge, Vaugirard, Auteuil et Passy.
Malgré les apparences, les fortifications s’avèrent un point faible durant la guerre de 1870 et elles abriteront dorénavant dans leur ombre des bidonvilles habités par « les Zonards ».
L’enceinte est finalement détruite en 1919. A son endroit, les terrains vagues vont laisser la place aux futurs HLM, à des parcs ou à des équipements sportifs.

FACILITER LA CIRCULATION

Si des bruits courent sur un large boulevard circulaire dès 1924, si la Zone connaît des procédures d’expropriation à partir de 1930, ce n’est qu’en 1940 que s’impose le principe d’une alternative aux boulevards des Maréchaux. Le projet bien avancé en 1943 sera pris de court par la seconde guerre mondiale.

10 ans plus tard, une nouvelle formule du projet qu’on avait déjà appelé « périphérique » refait surface. Inscrit au programme de 1956-1961, c’est désormais une « rocade autoroutière à haut débit » qui devrait voir le jour.

Les travaux démarrent effectivement en 1956 par le tronçon entre la porte de la Plaine et la porte d’Italie, inauguré le 12 avril 1960. La dernière partie est inaugurée par Pierre Messmer, Premier ministre, le 25 avril 1973.
L’ensemble a représenté un coût de deux milliards de francs, apportés par l’État, la ville et le district.

C’est aujourd’hui la route la plus fréquentée de France, du haut de ses 25% de part de trafic parisien.

 

 

Mots-clés : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *