Le blog des Maçons Parisiens

Le Panthéon, une église devenue le repaire des grands hommes

En complément d’un article récent de ce blog, tant le quartier du Panthéon est chargé d’histoire, rappelons que cette construction, offrant une perspective inégalée vers le jardin du Luxembourg, est un édifice néo-classique au cœur du Quartier latin. Prévu pour être une église, il honore les grands personnages de l’histoire de France. Sa construction, rythmée depuis le XVIIIème par la vie politique du pays, est une réalisation fabuleuse de l’architecte Soufflot.

En complément d’un article récent de ce blog, tant le quartier du Panthéon est chargé d’histoire, rappelons que cette construction, offrant une perspective inégalée vers le jardin du Luxembourg, est un édifice néo-classique au cœur du Quartier latin. Prévu pour être une église, il honore les grands personnages de l’histoire de France. Sa construction, rythmée depuis le XVIIIème par la vie politique du pays, est une réalisation fabuleuse de l’architecte Soufflot.

Une série de dôme

Pour composer son église inspirée de différents registres (gothique, byzantin, classique et surtout grec antique), Soufflot était assisté par les deux ingénieurs Émiland Gauthey et Jean-Baptiste Rondelet.

Pour la première fois, un monument faisait l’objet de calculs mathématiques afin d’évaluer les poussées et la résistance des matériaux. Dans cette optique, toutes les pierres ont été armées avec des agrafes en fer pour consolider la structure.

Le panthéon est en forme de croix grecque, de 110 m de long et 84 m de large, couronné par un dôme haut de 83 mètres, coiffé d’un lanterneau.

Ce dôme, constitué en réalité de trois coupoles emboîtées les unes dans les autres, est véritable prouesse technique qui offrait initialement une circulation de la lumière comparable au Panthéon de Rome.

Ce sont les quatre nefs qui servent à contrebuter les poussées latérales du dôme, en association avec l’armature de la pierre et la structure métallique invisible du portail. Il s’agit véritablement de pierre armée, en effet la disposition des armatures est équivalente à une poutre en béton armé.

La crypte, qui couvre toute la surface de l’édifice et est accessible par un escalier monumental, est constituée d’une vaste salle voûtée de forme circulaire avec une petite pièce centrale située juste sous le dôme, et de quatre galeries, comportant chacune une fenêtre.

Restauration et préservation

Le lieu a connu de nombreux changements de décor intérieur et extérieur. Pour exemple,  l’obturation des ouvertures imaginées par Soufflot a modifié la ventilation du bâtiment et augmenté au fil du temps le taux d’humidité, provoquant l’effritement des pierres et la corrosion de la structure métallique. La tempête de décembre 1999 endommage également fortement la toiture du dôme. Devant l’urgence, une restauration s’impose. Puis, plusieurs projets mineurs de rénovation et d’aménagement ont lieu.

En novembre 2012, face aux dégradations continuelles, le Centre des monuments nationaux du Ministère de la Culture, en partenariat avec le site de financement participatif My Major Company lancent la campagne « Devenez tous mécènes du Panthéon et participez à sa restauration ! ».

Lancée le 25 janvier 2013 avec un budget total de 100 millions d’euros, la nouvelle campagne de travaux devrait s’étaler jusqu’en 2022 et concerne le péristyle, les voûtes, supports et murs intérieurs, les parements extérieurs et les sols de l’enclos extérieur.

L’installation de l’échafaudage est, en lui-même, déjà une prouesse technique. Il sera recouvert d’une bâche réalisée par l’artiste JR.

Le lieu Panthéon restera ouvert au public pendant les travaux pour retrouver tous les grands hommes : Victor Hugo, Sadi Carnot, Emile Zola, Jean Jaurès ou Marie Curie.

Mots-clés : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *